Cette campagne est terminée. Apprenez-en plus et faites un don à cet organisme.

FONDS ALLAMANO- CONSOLATA (CANADA)

Dénomination enregistrée: Fonds Allamano

Numéro d'entreprise: 103714119RR0001

Pour l’avenir, pour la terre L’AUTONOMIE ALIMENTAIRE C’EST MON AFFAIRE

Campagne terminée 30 juin 2019

Chère Madame, cher Monsieur,

Cette année, nous nous aventurons à Roraima, l’État le plus septentrional et le moins peuplé du Brésil. Il appartient au grand bassin de l’Amazone. Toute une aventure! J’aimerais vous raconter ma visite

À la communauté de Bem Viver

Accompagné par le père Philip Njuma, notre premier arrêt est la communauté de Bem Viver située dans une zone montagneuse, difficile d'accès. Je reprends mon souffle pour vous présenter Aderaldo Constantino, le tuxaua (chef) de la communauté.

Mobilisation générale

« Cette année, nous voulons améliorer la production agricole et l’élevage pour nos familles », me dit Aderaldo. « On n’attend plus le gouvernement central. Si on ne fait pas les choses nous-mêmes, il ne se passera rien. Nous voulons aussi réparer notre poste de santé et notre centre communautaire. Le village entier est prêt à s’investir. Le travail dur ne nous fait pas peur. Avec le père Philip nous avons évalué notre projet à 6 500 $. Notre peuple est fier et n’aime pas quémander, mais il est clair qu’il nous faut un peu d’aide pour y arriver! » Aderaldo parle vrai, avec sagesse et conviction. Moi, j’y crois !

Une jeunesse pro-active

C’est encore bouleversé par le courage de ce chef que nous nous rendons au village Maturuca, qui compte environ 580 habitants de l'ethnie Macuxi.

Ici, ce sont les jeunes de la communauté qui se mobilisent. Ambitions de la jeunesse! Jacir, dans la jeune vingtaine, voit grand et nous confie avec fierté son projet. Avec ses amis et appuyé par le père Murimi, il veut faire sa part pour nourrir les 75 communautés autochtones de la région des Serras, près de 12 000 personnes.

Un projet ambitieux

Avec aplomb, il m’explique leur idée. « L’élevage du poulet se distingue par sa facilité d’exploitation et son grand potentiel commercial. Comme la demande pour la volaille est grande, nous avons décidé de construire un poulailler d'une capacité de 500 poussins. Certains seront vendus vivants dans la région, d’autres, engraissés pour la chair; ensuite nous sélectionnerons des poules pondeuses pour la production d’œufs. »

« Nous nous sommes assurés de l’aide d’un technicien autochtone formé au Centre de formation autochtone de la culture Raposa Serra do Sol - CIFCRSS, pour guider la construction de la volière et la gestion en général. Le projet ne devrait pas tarder à être rentable. Il servira de plate-forme sur laquelle d'autres projets de développement durable pourront tabler.

« Pour le poulailler, l’achat des poussins, la nourriture, etc., nous avons présenté un budget de 6 775 $. Pouvons-nous compter sur vous et vos amis ? Une fois démarré, assurément, le projet s’autofinancera et même plus. » Jacir m’a convaincu. Moi, j’y crois !

6 000 $ amassés sur 12 275 $

48.8798370672% Complete
0 $
6 137 $
12 275 $
0 jours restants