UNICEF CANADA

Dénomination enregistrée: CANADIAN UNICEF COMMITTEE - COMITE UNICEF CANADA

Numéro d'entreprise: 122680572RR0001

Crise des Rohingyas

La campagne se termine 31 décembre 2018

Faites un don dès maintenant pour aider les enfants rohingyas

Selon trois enquêtes relatives à la santé et à la nutrition, qui ont été menées du 22 octobre au 27 novembre dans les camps pour personnes réfugiées et les camps de fortune, jusqu’à 25 % des enfants âgés de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë, ce qui dépasse largement le seuil d’urgence de l’OMS qui est de 15 %. Près de la moitié des enfants ayant fait l’objet des enquêtes souffrent d’anémie, jusqu’à 40 % d’entre eux souffrent de diarrhée, et jusqu’à 60 % des enfants ont des infections respiratoires aiguës.

« Nous disposons maintenant d’un tableau complet de l’état nutritionnel des enfants rohingyas qui se trouvent à Cox’s Bazar, et nos pires craintes ont malheureusement été confirmées. Les enfants réfugiés, qui ont déjà enduré des souffrances inimaginables en fuyant leur domicile, font maintenant face à une crise de santé publique », affirme Edouard Beigbeder, le représentant d’UNICEF Bangladesh.

Voici ce qu’ont révélé les résultats des enquêtes :

  • À Kutupalong, un enfant sur quatre est gravement dénutri, près de la moitié des enfants sont anémiques, 40 % des enfants ont la diarrhée, et plus de la moitié des enfants souffrent d’infections respiratoires aiguës.
  • Au camp de Nayapara, 16 % des enfants nouvellement arrivés sont dénutris, près de 50 % d’entre eux sont anémiques, 40 % ont la diarrhée, et un enfant sur deux souffre d’une infection respiratoire aiguë.
  • Dans les colonies de fortune et les camps informels, un enfant sur cinq est dénutri, près d’un enfant sur deux est anémique, deux enfants sur cinq ont la diarrhée, et près de trois enfants sur cinq souffrent d’infections respiratoires aiguës.
  • La crise nutritionnelle est plus prononcée au camp pour personnes réfugiées de Kutupalong et dans les camps de fortune : ces derniers affichent les taux les plus élevés de malnutrition aiguë et le plus grand nombre de réfugiés rohingyas nouvellement arrivés. Le taux de malnutrition sévère aiguë est le plus élevé à Kutupalong (7,5 %), suivi par 3 % dans les camps de fortune et par 1,3 % dans le camp pour personnes réfugiées de Nayapara.
  • Moins de 16 % des enfants ont une alimentation minimale acceptable et essentielle à leur croissance et à leur développement optimal, et 30 % des enfants âgés de moins de six mois ne sont pas exclusivement nourris au sein.

Faites un don dès aujourd’hui pour sauver la vie des enfants qui souffrent en raison de cette crise humanitaire.

7 mois, 1 semaine restants