Fournir de bonnes données au secteur caritatif

Publié le

À la fin de mars, CanaDon a obtenu une subvention provinciale de la Fondation Trillium de l’Ontario, un organisme du gouvernement de l’Ontario. Cette subvention de trois ans permettra à CanaDon de développer des outils et des tableaux de bord d’information qui susciteront l’engagement des donateurs et fourniront aux organisations caritatives les résultats de la recherche et de l’analyse concernant les pratiques en matière de dons.

Je ne peux vous dire à quel point m’enchante cette possibilité d’utiliser des données afin d’obtenir un impact réel sur la scène caritative au Canada, et je suis reconnaissante à la Fondation Trillium de l’Ontario pour son généreux soutien en faveur de notre projet.

Lorsque j’ai fait le saut du secteur privé au secteur caritatif, il y a près de deux ans, parmi les choses qui m’ont le plus frappée, il y avait le manque de données facilement accessibles et visibles au sujet des dons caritatifs en général, et consultables par les organismes de bienfaisance et les donateurs au sujet de leurs dons.

Contrairement à ce qui se passe dans le secteur à but lucratif (où des entreprises telles qu’Amazon font des recommandations pour faciliter votre magasinage en se basant sur vos achats antérieurs, où Facebook recommande des articles ou des annonces d’après vos intérêts ou ceux de vos amis, et où Twitter suggère de nouvelles personnes à suivre), la plupart des organismes de bienfaisance, surtout les plus petits qui souvent n’ont pas le savoir-faire ou les capacités internes nécessaires pour analyser des données, travaillent sans disposer de renseignements essentiels sur leurs donateurs ou sur les comportements des donateurs.

Les organismes de bienfaisance doivent comprendre leurs donateurs pour réussir, tout comme les entreprises doivent comprendre leurs clients. La technologie, la numérisation et l’utilité des données entraînent des changements, et il est essentiel aux organismes de bienfaisance d’avoir accès à de bonnes données et de les comprendre en vue d’amasser les fonds nécessaires pour leurs programmes, et même d’assurer leur survie. De bonnes données confèrent un avantage concurrentiel, permettant aux organismes de bienfaisance de susciter l’engagement de leurs donateurs actuels et d’attirer de nouveaux sympathisants à leur cause. Les ressources étant limitées, les organismes de bienfaisance doivent adopter une approche plus ciblée et plus efficace dans leurs efforts pour susciter l’engagement, ce qui est impossible sans disposer de données qui orientent leur action.

C’est là que nous avons un rôle à jouer. CanaDon élaborera des outils qui aideront les organismes de bienfaisance et les donateurs à mieux utiliser et comprendre les données concernant leurs dons. Nous servons les organismes de bienfaisance ainsi que les Canadiens depuis près de 15 ans et, au fil des années, nous avons amassé beaucoup de données au sujet des dons en ligne au Canada. Alors que les organismes de bienfaisance ont toujours utilisé des données sous une certaine forme, l’accès à la somme de données que peut fournir CanaDon, présentées dans des formats faciles à comprendre et à utiliser, changera les règles du jeu.

Quels avantages en retireront les Canadiens?

Pour les organismes de bienfaisance que nous aimons, nous désirons le succès et un plus grand impact. Nous savons aussi que les donateurs désirent toujours plus d’information. En tant qu’individus, nous nous sommes habitués à avoir accès à l’information 24 heures sur 24. Les données et la technologie nous ont permis de personnaliser des produits et des services, et de modifier nos comportements en profitant d’interactions et d’informations constantes. Nous découvrons de nouvelles pièces musicales et de nouveaux livres à l’aide d’algorithmes; les thermostats numériques enregistrent nos comportements et ajustent notre chauffage résidentiel selon notre routine et nos horaires; et nous avons accès sur nos téléphones à un nombre illimité de données personnelles grâce à des gadgets et à des applis qui permettent, par exemple, de suivre à la trace les activités. Les données font partie de notre vie, que nous y pensions ou non.

Dans le secteur à but lucratif, il y a tellement de données au sujet de ce que les gens font, et ces données sont accessibles aux consommateurs sous une forme aisément assimilable; toutefois, il n’y a pas d’infrastructure semblable pour permettre aux donateurs eux-mêmes de suivre à la trace et de mieux comprendre les comportements des donateurs. Il n’y a pas non plus d’outils permettant aux donateurs de comparer leurs comportements à ceux des autres. Qu’arriverait-il si les donateurs pouvaient comparer leurs propres dons à ceux des gens de leur région ou de leur groupe d’âge? Qu’arriverait-il si une appli pouvait leur suggérer de nouvelles causes à soutenir, selon leurs intérêts ou leurs comportements? Est-ce que la connaissance des données les inciterait à être plus généreux? Les possibilités sont illimitées.

Une meilleure compréhension des données peut produire tant de choses passionnantes dans le secteur caritatif! Les données peuvent générer plus d’information, plus de responsabilisation et plus de compétition. Les données peuvent changer nos comportements en matière de dons et accroître les dons en général. Les données peuvent nous aider tous à mieux comprendre le secteur caritatif. Et l’exploitation des données peut nous aider à faire plus avec moins — ce en quoi le secteur caritatif excelle particulièrement.

Profitant de la disponibilité immédiate de données et d’information des technologies numériques, les sociétés à but lucratif ont démontré l’importance de l’utilisation stratégique des données pour orienter leur travail. Les enjeux sont encore plus grands pour les organisations caritatives, qui défendent des causes importantes et dont le travail est essentiel. Et dans un monde où nous entendons si souvent parler de la lassitude des donateurs et de la diminution des taux de don, nous devons faire bouger les choses et fournir aux donateurs l’information dont ils ont besoin afin de contribuer à transformer le monde.

Share This Page

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *