La Fondation canadienne pour la philanthropie de l’AFP publie les résultats du sondage biennal Ce que veulent les donateurs canadiens

Publié le

Les Canadiens recherchent une mission claire et des preuves de répercussions positives; hausse de la confiance à l’égard du secteur de la bienfaisance; il y a moins de donateurs, mais le montant moyen des dons augmente;
les motivations poussant les gens à faire un don révèlent qu’il y a six principaux types de donateurs

Le sondage Ce que veulent les donateurs canadiens réalisé en 2015 indique qu’en période difficile sur le plan économique, les Canadiens font des dons à des organismes dont la mission est clairement définie et produit ses effets. Les résultats révèlent également une hausse de la confiance du public à l’égard des organismes de bienfaisance canadiens de l’ordre de 6 % par rapport à 2011. En outre, un plus grand nombre de Canadiens estiment que les organismes sans but lucratif du pays sont bien gérés et qu’ils gèrent de manière responsable les dons qu’ils reçoivent.

Ce que veulent les donateurs canadiens est une enquête bisannuelle réalisée par Ipsos pour le compte de la Fondation canadienne pour la philanthropie de l’Association des professionnels en philanthropie (AFP). Le sondage de 2015, le troisième du genre, a été conçu pour évaluer la perception du public à l’égard d’enjeux qui sont au cœur du secteur sans but lucratif au Canada.

« Le rapport de l’enquête Ce que veulent les donateurs canadiens donne à l’ensemble des Canadiens un baromètre fiable de l’influence et de l’impact des citoyens sur le travail qui est accompli pour faire progresser des communautés et promouvoir des causes », affirme Leah Eustace, présidente de la Fondation canadienne pour la philanthropie de l’AFP. « Il fournit aussi aux dirigeants du secteur de la bienfaisance canadien des renseignements cruciaux sur les raisons qui incitent les donateurs à donner généreusement et sur les attentes de ces derniers en matière de sollicitation et de gestion de leur argent. »

Opinions et attitudes à l’égard du secteur de la bienfaisance

Le sondage révèle que les Canadiens continuent d’avoir plus confiance envers le secteur de la bienfaisance qu’envers les secteurs privé et public (73 % comparativement à 63 % et 62 % respectivement). Cependant, quatre Canadiens sur dix croient que les organismes de bienfaisance surévaluent la proportion des dons qu’ils consacrent aux programmes par rapport à la proportion qui sert à payer les coûts indirects, et une personne sur dix estime que les organismes induisent intentionnellement le public en erreur.

La confiance envers le secteur est un aspect important, car le sondage révèle que les donateurs recherchent la transparence et veulent soutenir des organismes de bienfaisance qui gèrent efficacement leur budget et ont un impact évident.

Sollicitation et décision de donner

Deux Canadiens sur trois déclarent avoir fait un don en argent au cours des 12 derniers mois. Cela représente une baisse de quatre points de pourcentage par rapport à 2013 et le plus faible pourcentage depuis 2007, année où cette question a été posée aux répondants pour la première fois. La baisse est la plus marquée chez les Canadiens qui ont un niveau de scolarité moyen et ceux dont le revenu familial est plus faible. On note aussi une tendance à la baisse du pourcentage de la population qui verse des dons en Alberta (de 77 % à 67 %) et au Québec (de 61 % à 54 %).

Parmi les répondants ayant fait un don au cours des 12 derniers mois, on note une hausse de cinq points de pourcentage chez les personnes qui déclarent ne pas avoir les moyens de faire un don caritatif et une hausse de trois points de pourcentage chez celles qui affirment qu’aucun organisme de bienfaisance ne mérite leur soutien financier.

S’ils ont été moins nombreux en 2015, les donateurs canadiens ont en revanche été plus généreux, le montant moyen des dons s’établissant à 924 $ en 2015 par rapport à 726 $ en 2013.

Les donateurs continuent d’appuyer principalement leur communauté locale plutôt que des organismes de bienfaisance à portée nationale ou internationale. Depuis 2013, le pourcentage de dons versés à des organismes œuvrant à l’échelle locale est passé de 49 % à 54 %, alors que la proportion de dons à des organisations à portée nationale s’établit aujourd’hui à 28 % par rapport à 35 % il y a deux ans. Plus de la moitié des donateurs affirment qu’il est « très probable » qu’ils versent un autre don au dernier organisme de bienfaisance qu’ils ont soutenu.

Plus de quatre Canadiens sur dix se renseignent de façon proactive au sujet de la cause, les autres préférant que l’organisme communique avec eux pour solliciter un don. Ces données sont sensiblement les mêmes qu’en 2013. Pour se renseigner sur les organismes de bienfaisance qu’ils soutiennent, les Canadiens se tournent principalement vers l’Internet (72 % des donateurs consultent le site Web de l’organisme ou utilisent d’autres outils en ligne) et s’informent auprès d’amis, de membres de la famille et de collègues (32 %).

Quelque 15 % des Canadiens actifs sur les médias sociaux affirment avoir fait un don en réponse à une sollicitation de dons publiée sur les médias sociaux. Plus de la moitié des donateurs sont ouverts à l’idée de recevoir des demandes de dons par l’entremise des médiaux sociaux, tout en précisant que la décision d’y donner suite dépend de qui a publié la demande et de la cause que l’organisme de bienfaisance défend.

Types d’organismes de bienfaisance que soutiennent les donateurs canadiens

Les organismes voués à la lutte contre des maladies et la santé demeurent un des types d’organismes de bienfaisance les plus populaires auprès des donateurs, quoique le pourcentage de donateurs qui ont soutenu de tels organismes ait diminué, passant de 54 % en 2013 pour s’établir à 42 % en 2015. La plus importante proportion des dons, soit 48 %, est versée à des lieux de culte. Viennent ensuite les organismes voués à la santé à 44 % et les organismes axés sur les enfants et la jeunesse, à 40 %.

Motivations des donateurs

Le sondage a révélé six catégories de donateurs :

  • Donateur ayant un besoin d’affiliation : aime participer aux activités de financement et fait des dons à des organismes de bienfaisance qui lui sont venus en aide ou ont aidé une personne qu’il connaît;
  • Donateur communautaire : verse des dons à des organismes locaux qui viennent en aide à la population de sa collectivité;
  • Donateur pragmatique : suit la tradition familiale consistant à soutenir un organisme de bienfaisance en particulier et est motivé à l’idée de profiter d’un crédit d’impôt;
  • Donateur bienveillant : faire le bien est une obligation morale pour lui et il veut aider les personnes dans le besoin;
  • Donateur réactif : n’a pas de liens solides avec les organismes qu’il soutient et attend que les organismes le sollicitent;
  • Adepte religieux : donne aux organismes qui partagent ses croyances et tire sa motivation de ses convictions religieuses.

Le désir d’aider des personnes dans le besoin est la principale motivation des donateurs canadiens. Comparativement à 2013, un plus grand nombre de Canadiens affirment que donner est la bonne chose à faire et on note une légère hausse du nombre de répondants qui disent que donner leur procure un sentiment de satisfaction. Les donateurs sont plus nombreux à estimer qu’il est important pour eux que les organismes leur expliquent en quoi leur don est utile (83 %, hausse de six points de pourcentage par rapport à 2013) et ils sont moins nombreux à indiquer qu’ils ont besoin d’être remerciés ou de recevoir une quelconque forme de reconnaissance pour leur don (38 %).

Le sondage révèle que de nombreux donateurs soutiennent des organismes de bienfaisance qui gèrent leur budget de manière efficace et ont un impact évident. Parmi les donateurs ayant versé un don au cours des 12 derniers mois, 97 % affirment que les organismes de bienfaisance qu’ils ont soutenus ont un but et un mandat clairs, 96 % estiment que l’organisme jouit d’une solide réputation et 95 %, qu’il remplit son mandat.

CanaDon

Cette année, l’AFP s’est associée à CanaDon, un organisme sans but lucratif national dont la mission est de promouvoir les dons caritatifs au Canada. Le sondage Ce que veulent les donateurs canadiens a également été mené auprès de donateurs qui font des dons par l’entremise de CanaDon. Le partenariat avec cet organisme visait à comprendre les différences et les similarités entre les Canadiens qui font leurs dons en ligne et la population générale du Canada.

Les donateurs qui font des dons par l’entremise de CanaDon sont plus susceptibles que la population générale de soutenir un plus grand nombre de causes. Quelque 77 % d’entre eux ont donné à six causes ou plus, comparativement à seulement 17 % des donateurs de la population générale. Ils sont également plus susceptibles que les donateurs de la population générale qui ont fait un don au cours des 12 derniers mois d’affirmer qu’ils connaissent très bien les organismes de bienfaisance qu’ils soutiennent (38 % comparativement à 22 %).

À l’instar de leurs pairs de partout au Canada, les donateurs de CanaDon qui ont fait un don après avoir reçu une invitation ou vu une publication affichée dans les médias sociaux affirment avoir versé un don parce que la publication provenait de quelqu’un qu’ils connaissent. Ils soutiennent également des organismes de bienfaisance reconnus pour gérer efficacement les dons et qui sont efficaces dans le travail qu’ils accomplissent, mais dans une beaucoup plus grande mesure – 82 % sont motivés par un but et un mandat clairs, comparativement à 53 % de la population générale.

La majeure partie des donateurs qui font leurs dons par l’entremise de CanaDon indiquent que leur don le plus récent a été versé à un lieu de culte et ils sont plus susceptibles que la population générale à soutenir ce type d’organisme de bienfaisance. Ils sont également plus susceptibles de soutenir des organismes à portée internationale et voués à la promotion des arts, de la culture et de la protection de l’environnement.

Méthodologie

Le sondage auprès des Canadiens de la population générale a été mené du 3 au 10 novembre 2015. Dans le cadre de ce sondage, un échantillon de 1 502 adultes faisant partie du panel en ligne canadien d’Ipsos a été interrogé sur Internet. Une pondération a ensuite été appliquée pour équilibrer les données démographiques de telle sorte que la composition de l’échantillon reflète celle de la population adulte du Canada selon les données de recensement et que les résultats correspondent approximativement à ceux que l’on obtiendrait en sondant tout l’univers de l’échantillon. La précision des sondages en ligne d’Ipsos est mesurée au moyen d’un intervalle de crédibilité. Le sondage auprès de la population générale est exact à +/‑ 2,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20, par rapport aux résultats qui auraient été obtenus si tous les adultes canadiens avaient été sondés. En ce qui concerne CanaDon, le sondage a été réalisé auprès de 955 donateurs qui ont l’habitude de faire des dons par l’entremise de CanaDon et qui reçoivent les courriels de marketing de l’organisme. Dans ce cas, le sondage est exact à +/‑ 3,6 points de pourcentage, 19 fois sur 20, par rapport aux résultats qui auraient été obtenus si tous les donateurs qui font des dons par l’entremise de CanaDon avaient été sondés. L’intervalle de crédibilité est toujours plus important chez les sous-groupes d’une population. Les sondages et enquêtes par échantillonnage peuvent tous être exposés à d’autres sources d’erreur, y compris, entre autres, les erreurs de couverture et les erreurs de mesure.

 

À propos de l’AFP

Depuis 1960, l’Association des professionnels en philanthropie (AFP) contribue à la promotion de l’efficacité et de l’éthique dans le domaine de la philanthropie en offrant des possibilités en matière de défense des intérêts, de recherche, d’éducation, de mentorat, de collaboration et de technologie au plus vaste réseau de professionnels en collecte de fonds au monde. Chaque année, les quelque 33 000 membres de l’AFP recueillent plus de 115 milliards de dollars. Pour de plus amples renseignements, rendez-vous au www.afpnet.org.

À propos d’IPSOS

Ipsos est le chef de file de l’information commerciale au Canada et la plus importante maison de sondages d’opinion publique au pays. Comptant des bureaux dans huit villes, Ipsos emploie plus de 600 professionnels de la recherche et employés de soutien au Canada. L’entreprise dispose du plus vaste réseau de centres d’appels du Canada ainsi que des plus grands panels prérecrutés composés de foyers ou de répondants en ligne. Ipsos est un chef de file mondial dans le domaine des études par enquêtes. Pour de plus amples renseignements, consultez le site www.ipsos.ca.

À propos de CanaDon

L’organisme CanaDon permet aux donateurs de faire en toute sécurité des dons en ligne à des organismes de bienfaisance canadiens enregistrés et offre aux organismes la plateforme sécurisée pour la collecte de fonds en ligne dont ils ont besoin pour atteindre leurs objectifs. Depuis son lancement en 2000, CanaDon, lui-même un organisme de bienfaisance enregistré, a facilité le versement de dons en ligne à des organismes caritatifs d’une valeur totalisant plus de 550 millions de dollars. Plus d’un million de Canadiens ont soutenu des organismes de bienfaisance par l’entremise de CanaDon et plus de 16 000 organismes de bienfaisance collectent des dons en ligne à l’aide de la plateforme CanaDon. La mission de CanaDon est d’encourager les Canadiens à soutenir le secteur de la bienfaisance et d’offrir aux donateurs et aux organismes de bienfaisance une technologie en ligne abordable et facile d’accès afin de promouvoir – et ultimement d’accroître – les dons caritatifs au Canada. Pour en savoir plus : www.canadahelps.org/fr.

LINKS

Ce que veulent les donateurs canadiens – Feuillet d’information: Opinions et attitudes à l’égard des organismes de bienfaisance
Ce que veulent les donateurs canadiens – Feuillet d’information: Motivations des donateurs
Ce que veulent les donateurs canadiens – Feuillet d’information: Sollicitation et décision de donner

Share This Page

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *