Conserver, gérer et éduquer

Publié le

Cet article a été fourni par Jessica Bradford, coordonnatrice des communications auprès de la Fondation pour la protection des sites naturels du Nouveau-Brunswick, dans le cadre de notre série sur l’environnement.

Un aigle à tête blanche survole la partie supérieure du fleuve Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.
Un aigle à tête blanche survole la partie supérieure du fleuve Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.

Comme chez nos voisins de la fondation en Nouvelle-Écosse, la biodiversité naturelle canadienne est très riche sur l’ensemble de notre terre natale. Le Nouveau-Brunswick ne fait pas preuve du contraire.

Depuis notre création en 1987, notre mission et notre mandat au sein de la fondation est basée sur trois piliers : conserver, gérer et éduquer.

En tant qu’association de bienfaisance dédiée à la conservation des zones écologiquement significatives du Nouveau-Brunswick, la Fondation pour la protection des sites naturels du Nouveau-Brunswick conserve à ce jour plus de 6,000 acres de terres (environ 2,400 hectares) répartis sur plus de 40 magnifiques réserves naturelles diversifiées : îles de la baie de Fundy, forêts côtières, vastes marais salés et marécages urbaines riches en biodiversité, pour en nommer quelques exemples.

La Fondation emmène des élèves dans les sites naturels.
La Fondation emmène des élèves dans les sites naturels.

Engagement par l’éducation

Aussi cruciale que notre mandat de conservation, notre mission d’éduquer l’importance de la conservation aux communautés prend de plus en plus d’ampleur. Dans le cadre de cette mission, nous ne nous arrêtons pas à enseigner les fondamentaux de la conservation. Nous tentons également de responsabiliser et de véhiculer l’éthique de la conservation auprès des jeunes et des futurs intendants qui viennent nous rencontrer. Avec ce but à l’esprit, la Fondation a mis en place de nombreuses activités créatives afin d’engager la communauté et les participants, des plus jeunes aux plus âgés, tout en leur expliquant l’importance de la gestion des terres.

En portant une attention particulière à nos jeunes intendants, nous impliquons activement les élèves à travers d’initiatives comme le projet Youth in Nature, un programme proposant des ateliers d’art sur nos réserves naturelles, ou encore le projet Power of Nature, qui permet aux jeunes de participer activement à la préservation de l’environnement. Nous les instruisons également à travers de Nature Sessions, un programme unique durant lequel ils se font filmés aux côtés de musiciens locaux populaires dans l’une de nos réserves naturelles comme celle présentée ci-dessous. C’est une façon amusante et innovatrice d’inciter les enfants à sortir et à découvrir la nature tout en s’adonnant à la musique.

Plus récemment, la Fondation a initié un concours en partenariat avec l’École Élémentaire de Florenceville pour nommer notre nouvelle réserve naturelle située dans leur communauté immédiate. Après avoir reçu plusieurs suggestions des classes, un comité de sélection formé des membres du conseil d’administration de la fondation et des représentants de la communauté a choisi le nom gagnant. À la fin, ce fut la classe de troisième année de Mme Shaw qui remporta la compétition avec le nom : Réserve naturelle de l’oeil de l’aigle. Ce nom fut choisi en raison de vaste population saine d’aigles survolant très régulièrement l’île et ses alentours. D’après les élèves, les conversations qu’ils ont eues avec leurs parents et leurs camarades leurs ont permis de découvrir l’histoire de cette région et de la population d’aigles natifs de l’île. Ils ont ainsi appris que ces derniers avaient récemment connu des moments difficiles et qu’ils ont survécu grâce aux mesures prises pour les protéger.

“Ce défi a encouragé les élèves à interroger leurs parents et leurs grands-parents au sujet de leur environnement naturel, tout en apprenant des connaissances héritées de leurs ancêtres qui, malheureusement, se font trop souvent oubliées” confie Renata Woodward, directrice exécutive de la Fondation pour la protection des sites naturels du Nouveau-Brunswick. “Nous espérons que cette activité encouragera les individus de la communauté, particulièrement les jeunes, à développer un lien avec leur environnement et d’être plus conscients des projets de conservation au sein de leur communauté.”

Situé dans la région supérieure du fleuve Saint-Jean, l’île récemment préservée protège des zones humides et des forêts provinciales, ainsi que de rares cicindèles des galets et d’autres insectes menacés selon la Loi sur les espèces en péril du Canada.

“Avoir l’opportunité de choisir le nom d’une réserve naturelle près de leur école ajoute aux élèves une nouvelle perspective sur l’histoire de leur communauté et sur celle de leur environnement naturel” a indiqué Valerie Carmichael, coordinatrice communautaire de l’École Communautaire de Centreville et de l’École Élémentaire de Florenceville. “Les élèves ont ainsi une opportunité unique pour devenir des participants actifs et engagés dans la création de l’histoire – la nomination officielle et la célébration d’une nouvelle réserve naturelle.”

Que ce soit en sensibilisant par rapport à la préservation des terres ou en renforçant le lien entre les communautés et leur environnement naturel, c’est uniquement par l’entremise d’initiatives créatives et novatrices, en associant nos missions de conservation et d’éducation, que nous ferons une réelle différence pour la conservation et la préservation de l’environnement du Nouveau-Brunswick pour les générations futurs.

Pour en apprendre davantage sur notre Fondation et nos actions, veuillez consulter leur page de profil>>

 

Share This Page

  Share your giving story!

Want to share your insights and be featured on the Giving Life Blog?

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *