Utiliser le droit pour améliorer de manière durable la vie des filles

Publié le

Cet article est fourni par Fiona Sampson, fondatrice de The Equality Effect, pour la série Les boursiers d’Ashoka Canada : L’innovation sociale démystifiée.

The Equality Effect

The Equality Effect

Découvrir les enjeux

Au Kenya, des jeunes filles sont violées dès l’âge de 3 mois, et les lois devant protéger les filles contre le viol ne sont pas mises en œuvre par les forces policières. Ce type de discrimination systémique nécessite une réponse urgente – The Equality Effect utilise le droit relatif aux droits humains pour tenir les États responsables de leur échec à respecter les garanties en matière de droits de la personne, qui ont pour but de protéger et de promouvoir la sécurité et le bien-être des filles et des femmes.

Créer un changement systémique en faveur des droits humains

The Equality Effect est une organisation internationale de défense des droits humains qui se sert du droit pour mettre en œuvre les droits des filles et des femmes. Fonder et construire cet organisme ont fourni une opportunité exaltante et enrichissante d’engendrer du changement. The Equality Effect travaille de manière collaborative avec des équipes constituées de bénévoles, d’avocats, de travailleurs sociaux, de cinéastes, de journalistes, de philanthropes et d’artistes pour entreprendre des causes types, des projets d’éducation juridique publique et de la réforme du droit, afin de rendre les États responsables de leur échec à protéger les droits des femmes et des filles. The Equality Effect travaille au Kenya, au Ghana et au Malawi, des pays où les femmes et les filles sont victimes de graves violations de leurs droits humains.

Source d’inspiration

En tant que personne souffrant d’un handicap physique congénital dû à la thalidomide, très tôt dans ma jeunesse, j’ai développé une affinité avec les gens démunis et confrontés à des défis particuliers. J’ai identifié le droit comme étant un outil efficace de promotion de la justice sociale. Le droit relatif aux droits humains offre un mécanisme par lequel on peut engendrer du changement durable en tenant responsables ceux qui violent les droits humains. La façon dont le droit a été utilisé par le mouvement des droits civils aux États-Unis, en combinaison avec l’éducation sociale et l’activisme, a été une source d’inspiration pour la création d’un modèle d’action qui pourrait servir à faire avancer les droits humains des femmes et des filles.

Passer à l’histoire juridique et créer un changement durable

Se servir du droit pour effectuer un changement concret est une manière unique et novatrice de s’assurer que les femmes et les filles sont protégées de la violence sexuelle, et qu’elles bénéficient des opportunités éducatives et économiques à laquelle elles ont droit.

The Equality Effect travaille à ce que les droits des femmes et des filles deviennent une réalité, et notre projet « 160 filles » est un bon exemple de la manière dont le droit peut servir à engendrer du changement. Le litige « 160 filles » est une cause type en droit constitutionnel ayant permis aux jeunes filles qui l’ont inspiré, toutes des victimes de viol de 3 à 17 ans, d’avoir accès à la justice. Ce litige a également permis d’accorder une protection juridique contre le viol pour les 10 millions de filles au Kenya.

Suite à la décision « 160 filles », et pour une période d’un an, la police kényane a demandé à The Equality Effect de lui offrir une formation en matière des pratiques internationales lors d’enquêtes au sujet de viols – une requête sans précédent. Grâce à ce travail révolutionnaire, The Equality Effect travaille avec des experts internationaux en matière d’enquêtes policières et des partenaires pro bono tels que BBDO Advertising pour développer certains aspects uniques de cette formation, comme une application pour téléphone mobile pouvant aider les policiers dans leurs enquêtes. The Equality Effect a aussi entrepris des projets d’éducation juridique publique pour permettre aux communautés locales de mieux comprendre les droits des filles et les obligations policières découlant de la décision « 160 filles ».

Le travail qu’accomplit The Equality Effect en collaboration avec des avocats, des policiers, des jeunes filles et des communautés locales en utilisant le droit n’est pas qu’une solution temporaire. Il s’agit d’un travail de longue haleine engendrant des coûts, mais qui produira un changement concret à long terme. Sally Armstrong, auteure et triple lauréate du prix Amnistie Internationale, a décrit The Equality Effect en ces termes :

« Très rarement, peut-être même une seule fois dans une vie, nous sommes les témoins privilégiés d’une histoire qui change la manière dont un pays ou un continent entier se perçoit. Le changement demande souvent de l’audace, certainement du temps et nécessite inévitablement de l’argent. Le changement peut parfois être douloureux, mais il demeure toujours un exercice si gratifiant qu’il en devient une inspiration; voilà l’histoire de The Equality Effect. »

Equality Effect

The Equality Effect se sert du droit relatif aux droits humains pour s’assurer que les droits des filles et des femmes sont respectés, permettant ainsi aux femmes et aux filles d’être protégées de la violence sexuelle, de recevoir une éducation, et d’atteindre leur plein potentiel économique. . Pour en savoir davantage au sujet de cet organisme, consultez la page où l’on présente son profil>> 

Articles connexes

Fellows Ashoka : démystification de l’innovation sociale. Pour en savoir davantage >> 

Un studio mobile de création qui donne une voix aux jeunes des Premières Nations. Pour en savoir davantage >>

La révolution de la lecture. Pour en savoir davantage >>

Image: “Equality” Jacquie Labatt. Image « Masai women » Mark Hodnett.

Partagez cette page


  Partagez votre histoire de don!

Vous voulez partager vos idées pour qu’elles soient publiées sur le blogue Une vie généreuse?

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *