Le bénévolat : la nouvelle monnaie?

Publié le

Pleins feux sur les œuvres caritatives : Ce billet nous a été fourni par Aine McGlynn, directrice de Framework – Bénévotemps (Timeraiser), pour notre série Pleins feux sur les œuvres caritatives. 

Nous jumelons les gens à des causes et les causes à des gens; que ce soit dans le cadre des encans Bénévotemps (où les gens misent des heures de bénévolat, non de l’argent, pour obtenir des œuvres achetées aux artistes locaux) ou de nos ateliers sur la technologie au service des changements sociaux, nous trouvons des façons intéressantes d’inciter toutes sortes de gens à faire le bien. Les programmes de Framework sont tout à fait uniques. Non seulement réunissons-nous sur une même scène autant de causes que nos espaces le permettent, mais nous réunissons aussi des groupes de gens qui normalement ne se rassemblent pas. Nous leur demandons à tous de penser à la façon dont ils pourraient contribuer à leur communauté.  Timeriaser Art

J’aimerais parler du cycle de vie d’une œuvre d’art de Bénévotemps. Elle commence par une idée — un souffle, une lueur. Elle est motivée par la douleur, la joie, l’amour, la peine. Comme toute œuvre d’art. Elle prend forme dans « la délicate oreille de l’âme ». Au fil des jours, des semaines, des heures, elle est modelée sur la toile, dans l’argile, la pierre ou le métal.

Elle est soumise et sélectionnée pour un encan Bénévotemps. Elle est exposée. Les gens s’arrêtent pour la regarder entre leurs échanges avec des organismes communautaires. Peut-être qu’une histoire au sujet du travail de l’Association de paralysie cérébrale s’illumine sous un coup de pinceau nerveux et irrégulier, ou que l’observateur voit le travail de l’organisme Right to Play dans le portrait d’un petit garçon.

La mise aux enchères commence et l’œuvre est gagnée. La gagnante y jette un dernier regard, en prend une photo. Elle rencontre l’artiste et lui dit combien elle est contente d’avoir gagné. Elle promet qu’elle effectuera ses 100 heures de bénévolat et qu’elle mettra cette œuvre en valeur.

L’œuvre est emballée et étiquetée, et livrée à un bureau étincelant où elle est reçue avec soin et enthousiasme. C’est là qu’elle sera conservée pendant 12 mois : un commanditaire de Bénévotemps veillera sur elle tandis que la gagnante accomplira sa promesse. L’œuvre sera-t-elle conservée dans le hall? Dans la salle du conseil d’administration? Elle est exposée et admirée par des centaines de professionnels et de clients qui passent devant elle au cours des 12 prochains mois.

ArtwinnerPendant ce temps, la gagnante de l’œuvre d’art a commencé son bénévolat. Elle regarde souvent la photo qu’elle a prise de cette œuvre. Cela la motive et l’inspire. Mais elle a aussi trouvé une nouvelle source de motivation. Lorsqu’elle arrive à son poste de bénévole, elle est parfois fatiguée, épuisée, tendue à cause de son travail; mais elle quitte son poste énergisée, ragaillardie et désireuse d’aider encore plus. Ce poste régulier la mène à une place sur un comité, à la réorganisation d’un programme, du budget ou d’un événement, et avec le temps l’organisme ne peut s’imaginer être privé de sa présence. Elle est une source d’inspiration pour le personnel de première ligne et les clients qui la voient ainsi donner généreusement de son temps. Quelque temps après, elle a rempli 150 % de sa promesse et raconte son histoire à l’équipe de Bénévotemps.

Elle arrive à l’encan Bénévotemps avec ses amis et avec sa soeur. Il est 20 h. C’est l’heure pour la gagnante de l’œuvre d’être sous les projecteurs. Elle entend le maître de cérémonie décrire son expérience de bénévole; elle regarde derrière elle où elle voit quelques membres du personnel de l’organisme qui lui sourient et lui envoient la main, prêts à la photographier avec leur appareil-photo. Elle monte sur l’estrade et l’artiste qu’elle a rencontrée il y a un an lui tend leur œuvre d’art.

Un an plus tard, elle fait encore du bénévolat. L’œuvre d’art est suspendue au-dessus du foyer. C’est la première chose que les gens remarquent lorsqu’ils viennent chez elle.

« Où t’es-tu procuré ça? » lui demande-t-on.

« Bénévotemps. »

Share This Page

  Share your giving story!

Want to share your insights and be featured on the Giving Life Blog?

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *