Le voyage vers le nord : récits de ceux déplacés en Syrie et dans les camps de réfugiés internationaux

Publié le

Cet article nous a été fourni par Adam Petricic, chargé des programmes d’urgence avec GlobalMedic, dans le cadre de notre série sur les réfugiés, Quitter son foyer: une série examinant la crise internationale des réfugiés. Cette série de blogues présente des récits de ceux qui sont affectés, en plus de la manière avec laquelle les organismes de bienfaisance et les Canadiens ont répondu à la crise. Cet article explique les besoins des déplacés internes en Syrie, et des autres vivant dans des camps de réfugiés comme ceux en Grèce, en regardant de près les difficultés rencontrées par les réfugiés pendant leur périple et leurs expériences pendant l’hiver.

GlobalMedic -Header
Des enfants en Serbie avec des fournitures d’hivérisation de GlobalMedic

Le voyage est long et difficile. Il fait traverser sept ou huit pays par bateau, en autobus, en train et à pied. Malgré les défis et les dangers sur la route, c’est préférable à leur ancien chez-eux – ou à ce qui était chez eux. C’est tout fait dans l’espoir d’une meilleure vie. Partant avec seulement ce qu’ils peuvent transporter, ces familles ont tout laissé derrière eux pour se sauver de la violence et les dangers pour trouver quelque chose de nouveau, de mieux, à quelque part d’autre.

La guerre civile en Syrie commence sa sixième année. Jusqu’à maintenant, presque cinq millions de syriens ont fui leur contrée, et GlobalMedic travaille avec les réfugiés syriens depuis quatre ans. Nos programmes en Syrie, au Liban, en Grèce, en Serbie et en Irak ont rejoint plus de 18 000 personnes à toutes les étapes de leur voyage vers la sécurité.

Fournir des hôpitaux et de l’eau potable en Syrie

Avant même de quitter leur pays natal, des millions de syriens sont déplacés à l’interne. Quelques-uns peuvent se préparer pour le trajet, mais la plupart sont forcés de fuir sans préavis quand le combat autour d’eux se rapproche de plus en plus de leur foyer.

En janvier 2014, GlobalMedic a commencé ses efforts en Syrie pour porter aide aux gens vivant dans des camps de déplacés internes. Les camps étaient surchargés par des familles qui ont été forcées d’abandonner leur demeure. Les signes de la guerre sont évidents. Hommes, femmes et enfants arrivaient épuisés et apeurés. Plusieurs avaient des blessures subies pendant la guerre. Les camps avaient grand besoin d’équipement médical, et les docteurs locaux étaient submergés par le nombre de patients arrivant à chaque jour.

GlobalMedic a érigé deux hôpitaux de campagne Alaska pour accroître la capacité des docteurs locaux à fournir du support vital – en rendant disponible un environnement sécuritaire et abrité pour traiter leurs patients, plusieurs étant des femmes et enfants. Cette infrastructure essentielle a été cruciale pour assister les organismes syriens qui travaillaient inlassablement pour garder le pas pour aider le flot sans fin de gens qui fuyaient le conflit. De plus, GlobalMedic a distribué 200 unités ménagères de purification d’eau et 55 000 sachets de purification d’eau pour assurer l’accessibilité à l’eau potable pour les familles vivant dans des accommodations temporaires. Ce programme a fait en sorte que ces familles soient en bonne santé, puisque pour plusieurs d’entre eux, le voyage ne faisait que commencer.

Winter
Une bénévole de GlobalMedic distribue des effets d’hiverisation en Serbie

Livrer de la nourriture et des fournitures essentielles en Grèce

La partie la plus difficile et meurtrière du périple des réfugiés est la traversée de la Méditerranée. Après avoir traversé la Turquie, plusieurs réfugiés se sont tournés vers la Grèce, et les passeurs en Turquie organisent le transport vers les îles grecques dans des bateaux qui ne sont pas adaptés pour traverser les eaux traîtresses de la Méditerranée. Des vestes de sauvetage de qualité inférieure sont données aux familles en cas de chavirement ou de naufrage, choses bien loin d’être rares. En 2016 seulement, plus de 410 personnes sont décédées après avoir tenté ce voyage, et plus de 340 personnes se sont noyées depuis septembre dernier. Pour ajouter au risque, la plupart des réfugiés sont forcés de faire le trajet la nuit pour éviter d’être repérés par la garde côtière.

Au mois d’octobre dernier, GlobalMedic a commencé à opérer sur l’île grecque Kos. Les membres de notre équipe d’intervention rapide ont œuvré pendant la nuit pour distribuer des effets essentiels comme des couvertures et des produits d’hygiène, en plus de panier nourriciers, directement aux réfugiés lorsqu’ils arrivaient sur le rivage. GlobalMedic a rejoint plus de 8 000 réfugiés avec cette intervention.

Kos, Greece
Les tentes des réfugiés longent la rue littorale à Kos, en Grèce, après être arrivés de la Turquie

Se préparer à l’hiver comme ces familles continuent à travers la Serbie

À partir de la Grèce, les familles de réfugiés continuent à faire leur chemin à travers l’Europe, la plupart au long de ce qui s’appelle la route des Balkans. Cette route les mène à travers la Macédoine, la Serbie, la Croatie et l’Autriche et ensuite l’Allemagne et le reste de l’Europe. Voyageant par train, autobus et à pied de frontière à frontière, c’est un voyage long, pénible et qui coûte cher. Pendant les mois d’hiver, plusieurs familles ne sont pas préparées à affronter les températures hivernales qui les attendent. Parce que plusieurs voyagent en groupes nombreux, les maladies contagieuses se propagent rapidement, menaçant les membres les plus à risque incluant les nourrissons et les enfants.

Depuis novembre 2015, GlobalMedic œuvre à Preševo, en Serbie – une ville somnolente sur la frontière sud qui longe la Macédoine qui a vu plus de 12 000 réfugiés y passer chaque jour. Au début, ils faisaient la file pour appliquer pour un visa de transit au bureau local des douanes. Le gouvernement serbe s’est précipité pour mettre en place un centre de réception plus officiel pour offrir un refuge temporaire, des toilettes et des douches aux gens en transit. Des organismes distribuent de la nourriture et des fournitures, et des docteurs sont disponibles pour traiter les blessures et maladies.

GlobalMedic était présent à chaque jours avec des fournitures d’hiverisation et d’hygiène, incluant des manteaux d’hiver chauds, des chaussures imperméables, des chapeaux, du savon et des brosses à dents et les distribuaient aux femmes et enfants en attente dans la file. Ces effets aidaient les réfugiés à se garder au chaud et en santé pendant leur attente – qui dure parfois plus de 12 heures. Au total, plus de 2 800 familles ont reçu ces fournitures.

Refugees Walk
Des réfugiés marchent de la frontière macédonienne au centre de réception

En dépit des eaux tumultueuses, les hivers glaciaux, le risque de blessures et maladies, et les barrières innombrables, les réfugiés syriens font face à leur trajet vers le nord, et ils continuent à marcher – et plus en plus de syriens emboîtent le pas. Dans leur parcours vers une vie meilleure, il est difficile de trouver quelque chose qui va les arrêter dans leur lancée. Ils ont connu des choses que peu d’entre nous aurons à connaître – des choses qui vous feraient ramasser tout ce qui vous appartient et fuir votre pays natal. Avec le support des Canadiens, et d’autres donateurs à travers le monde, GlobalMedic a pu aider à rendre ce fardeau plus léger, et, on peut espérer, rendre leur périple vers une nouvelle vie un peu plus facile.

Pour en apprendre plus au sujet de Global, ou pour faire un don pour aider les réfugiés, veuillez visiter leur page de profil d’organisme de bienfaisance >>>

 

Share This Page

  Share your giving story!

Want to share your insights and be featured on the Giving Life Blog?

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *